Les contradictions économiques

 » N’en déplaise à leurs détracteurs qui leur font régulièrement ce procès stupide, les objecteurs de croissance ne sont pas pour la décroissance des pauvres, mais pour la décroissance des inégalités.  » Vincent Cheynet, Le choc de la décroissance, p.59, 2008.

L’économie est la science qui s’intéresse à l’ensemble des activités de l’homme consistant à produire, à consommer, ou à échanger des biens et des services. C’est à ce domaine économique que je vais m’intéresser en premier.

D’autres avant moi, notamment Proudhon ou Marx, se sont rapidement aperçus, au cours de leurs réflexions sur l’économie, que l’économie dans laquelle nous évoluons comprend un certain nombre de « contradictions économiques », du fait qu’en tentant de diminuer le labeur, notre économie – telle qu’elle a évolué jusqu’à aujourd’hui – a créé des déséquilibres, notamment des inégalités sociales. Proudhon en avait pour sa part isolé trois. Et Marx, plus tard, les avait tous regroupées en une seule, qu’il appelait la division du travail. J’ai pour ma part étudié ces différentes conceptions des contradictions économiques, et, ajouté à mon expérience d’artisanat, à mes réflexions sur la décroissance, et à des réflexions sur les différentes formes d’économie alternatives, j’en ai à mon tour isolé trois différentes, que je vais vous proposer :

La première de ces contradictions est la spécialisation, qui augmente la productivité, mais qui rendent dépendants les individus. La deuxième représente le problème de l’investissement, et de sa rentabilisation, qui crée la nécessité de croissance. Enfin, la troisième de ces contradictions économiques est la parcellarisation du travail, mais que j’entends d’avantage au sens proudhonien qu’au sens marxiste du terme, c’est-à-dire au sens où le gérant d’entreprise, tout autant que son ouvrier, ou que le consommateur, sont abrutis, face à l’économie qui les relie, et qui du coup les dépasse.

Afin de présenter ces réflexions, je ferai tout d’abord un point sur l’économie actuelle, dans des prochains articles, puis sur plusieurs économies alternatives existantes, ou ayant existé. Ensuite, je présenterai les trois contradictions économiques que j’ai pu isoler, et je proposerai à chaque fois une méthode, pour résoudre ces contradictions tout en répondant aux besoins économiques humains. Pour ainsi dire, il s’agit de diminuer le labeur nécessaire à la subsistance, et ainsi d’augmenter le loisir, tout en permettant que s’exerce la création, et ce, en évitant ces différentes contradictions. Et je pourrai alors proposer ma vision utopique d’une économie équilibrée et bénéfique.

Publicités

4 Réponses to “Les contradictions économiques”

  1. La grande réussite du bien marchand « Graine de flibuste Says:

    […] voici la première contradiction économique : la spécialisation des individus augmente l’efficacité, et donc diminue le labeur, mais rend […]

  2. toolate Says:

    merci de préciser en gros ce que tu nomme « la parcellarisation du travail »
    je ne connaissais pas le terme.
    j’utilisais à la place « asservissement volontaire »
    comment nomme tu la nouvelle contradiction économique: bien utile trop cher, bien subtile gratuit?
    peut elle faire parti de tes points contradictoire?ou est ce secondaire.
    je ne sais pas trop ce que je veut dire par là mais il à comme un développement de l’échelle des valeurs qui font l’économie à l’envers de la logique.
    il est possible que je sois simplement hors sujet.

    est ce que l’investissement crée réellement une nécessité de croissance?
    moi je pense qu’il crée une obligation de surestimation de la valeur du bien pour sa rentabilisation.
    La ou il crée une obligation de croissance c’est sur son maintien et son amélioration constante. dans le prix de reviens d’un bien il y a l’amortissement de l’outil qui l’a fabriqué et de celui qui le replacera.
    là ce trouve en parti ton problème d’obligation de croissance du a l’investissement.
    pour ce qui est de ce problème de nécessité de croissance je voit d’autre raisons que l’investissement.

  3. Ramite Says:

    En fait, je n’en suis encore qu’à l’explication de la première contradiction économique. je vais y venir, bien sûr, mais en deux mots, l’investissement impose, comme tu l’as dit, un report de la charge de l’investissement sur les prix, mais lorsque cette charge n’est plus, qu’elle a été amortie, le prix n’est jamais diminué, et la différence est de la pure pluvalue. Qui est soit réinvestie, pour développer l’activité, soit distribuée aux détenteurs du capital. Dans tous les cas, c’est le consommateur qui doit payer cette pluvalue, et qui doit donc augmenter sa charge de travail de producteur, pour payer cette pluvalue, et ainsi de suite.
    D’où l’apparition de l’inflation, et de la croissance.
    De plus, l’augmentation de l’investissement est inversement proportionnel à l’augmentation de la taille du marché d’une entreprise; d’où la tendance systématique de l’économie à la concentration industrielle.

  4. toolate Says:

    salut
    excuse-moi de preciser que ce n’est pas de la plus-value, c’est du capital qui comptablement est prevu pour le remplacement du matériel
    en gros un camion vaut 20 000, tu le rembourses en 6,66 ans et tu le gardes dix; tu l’as vendu dans ton taux horaire.
    soit en dix ans tu l’ as vendu a tes client 30 000; tu as donc la moitié de la somme du prochain vehicule. mais l’ancien ne vaut plus maintenant que 10000 tu n’ a donc rien gagné. Par contre, là où tu as raison, c’est sur les intérêt qui sont deductibles du chiffre d’affaire, donc si tu veux ne payer aucun impôt tu investis chaque année suffisamment pour que tes intérêts couvrent ton excedent de chiffre d’affaires. Mais c’est une course en avant plutot dangeureuse, d’où les magouilles en veux-tu, en voilà.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :